4

Farmini : la ferme des animaux par LOKI

Farmini est un jeu qui sent bon la ferme et le savoir-faire d’éditeur de LOKI. On l’achète pour son prix mini, on y rejoue parce qu’il est bien pensé et représente une bonne initiation à la mécanique des jeux de placement.

Temps de lecture estimé : 14 minutes


Farmini en bref

L’idée de Farmini est née en 2016 sous le titre originel de Dans mon pré. Marie et Wilfried Fort, les auteurs, s’étaient alors isolés à la montagne pour une semaine studieuse. Prolifiques, on leur doit également les non moins connus Mr Wolf, Jungle Speed Kids, La vallée des Vikings, Fabulia, Dragomino, ou encore Patatrap Quest.

LOKI, branche jeunesse de l’éditeur français IELLO, présentera Farmini en 2018 à l’occasion du Festival International du Jeu de Cannes. LOKI est en effet la contraction de ielLO et KIds. Elle est issue d’une volonté de proposer de nouveaux horizons ludiques aux enfants et à leurs parents. Pour ce faire, son équipe a tissé d’étroites collaborations avec des groupes scolaires et des équipes pédagogiques afin de tester et développer leurs projets.

  • Editeur : LOKI
  • Auteur.e.s : Marie & Wilfried Fort
  • Illustrateur.rice.s : Anne Pätzke
  • Thème(s) : Ferme, Animaux
  • Mécanique(s) : Connexion, Placement
  • Âge conseillé : 5 ans et plus
  • Nombre de joueurs : 1 à 4
  • Durée d’une partie : 15 minutes
  • Prix de vente conseillé : 11 euros


Contexte d’achat

Farmini c’est d’abord des sorties de bureau suivies de déambulations dans les allées de la Fnac en attendant le bus qui vous ramène chez vous. Un achat raisonné malgré tout parce que cette gamme de LOKI propose des jeux qui ne prennent pas beaucoup de place pour un prix mini.

On en parle parce que, même si son visuel comme son matériel sont sobres, nous avions testé Farmini le soir même. Les premières parties nous ont immédiatement offert la satisfaction d’une bonne acquisition et d’une expérience de jeu qui initie en douceur à une mécanique de placement.


Déroulement d’une partie

Dans Farmini, le principe de jeu est simple : « chacun a face à lui une ferme qu’il va devoir agrandir« . Les fermiers en herbe joueront ainsi tour à tour et réaliseront au choix l’une des deux actions suivantes. Soit ils décident d’agrandir leurs enclos, soit ils préfèreront adopter de nouveaux animaux.

S’ils choisissent une carte Enclos, ils la connecteront donc à la ferme en prenant soin de faire correspondre les barrières. En revanche, s’ils prennent une carte Animal, ils déposeront un ou des jetons de l’animal correspondant s’ils disposent d’un ou des emplacements nécessaires.

Une fois la carte jouée par un joueur, son tour est terminé. Il prend alors soin de révéler une nouvelle carte afin qu’il y ait à nouveau quatre cartes disponibles pour le joueur suivant.

Mais gare aux prédateurs qui rôdent, car si l’un des joueurs tire une carte loup, il fera fuir les animaux qui ne sont pas encore mis à l’abri dans un enclos fermé.

La partie s’arrête lorsqu’il n’y a plus de carte disponible, ni dans la pioche, ni face visible. On compte alors les points en fonction du mode normal ou de la variante pour les fermiers les plus téméraires. Chaque champ de maïs, s’il est protégé par un enclos fermé et sans présence d’animaux rapporte un point. De leur côté, les animaux rapportent eux aussi un point mais indifféremment, c’est-à-dire qu’ils soient placés dans un enclos fermé ou non.


Avis des marmailles

J’aime bien avoir une belle ferme (…) qui rapporte plein de points.

J’aime bien Farmini pour les animaux, construire une ferme.

Je préfère la chèvre, après la poule. Mon moins préféré, c’est le cochon. La chèvre est plutôt belle, plus que les autres. Le loup ne fait pas peur. Si je pouvais, je remplacerai le cochon par un lapin (…) ou une licorne. Oui! je sais que ce n’est pas un animal de la ferme.

J’aime bien avoir une belle ferme mais une belle ferme qui rapporte plein de points.

Le jeu n’est pas trop dur. Juste moyen. C’est parfois de savoir quelle carte je vais choisir qui est difficile.
Lise
Rédactrice (5 ans)

Je prendrai bien une carte animal (…) mais je dois aussi (…) construire mon enclos.

J’aime bien Farmini mais ça dépend aussi des fois.

C’est difficile de choisir entre les cartes et les animaux parce que j’hésite toujours beaucoup. Je prendrai bien une carte animal pour les mettre dans l’enclos. Mais je dois aussi prendre des cartes ferme pour construire mon enclos.

Quand le loup fait fuir mes animaux, ils vont à l’abattoir. Non! c’est vrai, c’est la basse-cour. Ca me met en colère parce qu’il faut tout recommencer.

Si je pouvais, je remplacerai la chèvre et le cochon par un cheval et une vache.
Ulysse
Rédacteur (7 ans)


Thème de la ferme…

Le thème de la ferme et de ses animaux tel qu’il est exploité dans Farmini a d’emblée quelque chose de ludique et didactique. On se surprend à raconter aux autres joueurs la vie à la ferme en même temps qu’on leur explique les règles du jeu. Comme le soulignent Marie et Wilfried Fort dans « Paroles d’auteurs » : « En général dans nos jeux et encore plus dans nos jeux pour enfants, on aime raconter une histoire.« 

Les auteurs poursuivent : « De ce fait, la thématique arrive souvent initialement, et la mécanique du jeu nous aide ensuite à traduire cette histoire. Dans Farmini, l’idée de créer des enclos autour de sa ferme était quasiment le point de départ du jeu. Le thème était donc tout trouvé dès les premiers instants ! La thématique, et plus précisément l’histoire que l’on raconte, doit idéalement faire rêver les enfants, les faire voyager, les sortir de leur quotidien… »

En cela, la description de Farmini pose le contexte cette histoire autant que le contours des règles du jeu : « C’est le printemps ! Tu vas pouvoir t’occuper de ta ferme ! Et quelle chance ! Un grand concours est organisé dans la région ! Le trophée de la plus belle ferme de l’année sera remis à la ferme regroupant le plus d’animaux et de champs de maïs ! Seras-tu le grand gagnant de ce concours ? »

De son côté, le but du jeu définit les objectifs en même temps qu’il dessine une trame narrative : « Agrandis ton pré, cultive tes Champs de Maïs et adopte le plus d’animaux possible pour gagner le concours ! Mais gare au Loup, qui peut faire fuir les Animaux, et aux Animaux eux-mêmes, qui peuvent ravager les Champs de Maïs !« 


…et des animaux de la basse-cour

IELLO a choisi Anne Pätzke pour illustrer Farmini. Beaucoup la connaissent certainement pour être l’illustratrice de la seconde édition de Carcasonne.

En faisant appel à cette illustratrice, il semble que l’éditeur savait très clairement quelle direction il souhaitait donner au projet. Cette intuition se fonde sur les précédentes collaborations d’Anne Pätzke.

Comme points de comparaison, nous vous invitons à comparer aux illustrations de Farmini celles des jeux suivants : Hop hop Lapins!, Viva Topo!, Zoowaboo, Attrape Renard.

De nombreux avis après achat décrivent les animaux issus du coup de crayon de Anne Pätze comme mignons. Nous dirions qu’ils sont excessivement anthropomorphiques dans le bon sens du terme. Il y a de la rondeur dans le trait et l’air malicieux de chaque animal nous ferait presque oublier qu’un vrai loup ne se contenterait pas de faire fuir poules, chèvres ou cochons. On se surprendrait presque à vouloir lui aussi l’adopter.


Une mécanique qui progresse avec votre enfant

Farmini fonctionne premièrement sur une mécanique de placement de cartes (avec des contraintes de connexion). D’autre part, sur une mécanique de placement de jetons. Les apparitions du loup ajoutent une tension certaine et une dose de hasard. La manière dont on va user des cartes et les moments choisis pour adopter des animaux détermineront le score que nous réaliserons.

Lors des premières parties, les enfants se prennent souvent d’affection pour l’un des trois types d’animaux. Pour preuve, on assiste souvent à une forme d’empressement chez eux à ramasser les cartes correspondantes. Après quelques apparitions du loup, ils se montreront à l’inverse plus avisés et comprendront qu’avant toute chose, ils ont intérêt à fermer ne serait-ce qu’un enclos pour y placer leurs animaux.

S’agissant des enfants un peu plus expérimentés, on remarque que ceux-ci tiennent davantage compte des cartes loup défaussées. Ils évaluent par ce moyen la prise de risque pour le placement de jetons animaux.

Reste que, d’une manière générale, ils persévèrent dans une tendance commune avec les plus jeunes. Papa veut scorer vite et bien tandis que les enfants manifestent davantage l’envie de construire une belle ferme.

Si la mécanique d’une partie standard amène votre enfant à bien assimiler le principe de fermeture des enclos, on remarque également que les différentes manières de marquer des points s’équilibrent et n’offrent pas de grands écarts. Sur ce point, on ne peut que saluer le travail de LOKI dans sa volonté de contenter enfants et parents.

Les premières stratégies apparaitront donc davantage lorsque tous voudront rejouer à Farmini en appliquant cette fois la variante.


Pour aller plus loin : qui gagne le concours à la fin ?

Farmini n’est peut-être pas un must have mais c’est un projet d’édition abouti du point de vue de l’expérience ludique. Le jeu propose une variante et la possibilité d’une partie à un joueur pour prolonger le plaisir.

D’un côté, la variante modifie les règles de calcul des points pour pimenter les parties. Ainsi, « un prix spécial est accordé au fermier qui a le mieux disposé les éléments de son pré« . Pour chaque enclos regroupant des animaux d’une seule et même espèce, chacun des jetons de cet enclos rapporta à son fermier le double de points.

De son côté, le mode solo permet à un fermier de situer son niveau par rapport à une grille de points. Le joueur doit pour cela utiliser l’ensemble des tuiles sans exception. Une règle spéciale s’applique également : lorsque le loup apparaît, il fait peur à presque tous les animaux. C’est-à-dire tous les animaux qui ne seraient pas placés dans des enclos fermés.

Autant vous le dire dès maintenant, le 1er prix du concours s’obtient avec un score de 50 points. Ce résultat équivaut à la bonne utilisation de l’ensemble des jetons animaux et des champs de maïs. Autrement dit, à la ferme parfaite !


Liens utiles

Farmini :

Marie et Wilfried Fort : suivez leurs créations sur leur site wm-creations.com


L'Esprit Marmaille

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.