0

Pig 10 : un groin c’est tout

Parce qu’il est simple à prendre en main, Pig 10 ne plaira certainement pas à tout le monde. Son attrait réside néanmoins dans sa simplicité et sa mécanique n’est pas sans rappeler le jeu des bâtonnets.

Temps de lecture estimé : 12 minutes


Pig 10 en bref

Pig 10 est un jeu d’auteur édité en 2010 par la société allemande ZOCH. Si cette maison ne vous dit rien, peut-être que d’autres jeux de son catalogue régulièrement primés vous parleront davantage. On citera par exemple Gare à la toile (Spinderella), Le Rallye des vers de terre (Da ist der Wurm drin), Bazar Bizarre (Geistesblitz), Marrakech (Suleika), Château Roquefort (Burg Appenzel), Pickomino (Bratwurmeck), Niagara.

En 2011, Pig 10 a été primé par un Japan Boardgame Prize Jeu de l’année familial « U-more ».

  • Editeur : ZOCH
  • Auteur.e.s : Ayelet Pnueli
  • Illustrateur.rice.s : Claudia Stöckl
  • Thème(s) : Animaux, Contes
  • Mécanique(s) : Calcul, Combinaison
  • Âge conseillé : 6 ans et plus
  • Nombre de joueurs : de 2 à 8
  • Durée d’une partie : 15 minutes
  • Prix de vente conseillé : 9 euros


Contexte d’une occasion à saisir

Pig 10, c’est d’abord un achat d’occasion au détour d’un passage à Emmaüs.

C’est ensuite une bonne prise dans un contexte où les enfants découvraient leurs premières notions autour des opérations mathématiques. L’occasion était donc trop belle pour ne pas tenter de le faire d’une manière ludique. Pour l’essayer également en raison de ce que nous lisions sur la boîte : « Crier, calculer, avoir une chance de cochon ! Pig 10 est un jeu de cartes qui va vous en boucher un groin ! Ici, tout tourne autour du nombre 10. Celui qui a l chance d’obtenir souvent 10 avec ses cartes arrive à bon porc et remporte la partie ».

Par la suite, Pig 10 deviendra une sorte de juge de paix. Nous le sortions pour jouer comme d’autres mèneraient une négociation : « Tu me demandes ceci. C’est d’accord mais seulement si tu remportes une partie de Pig 10. »


Déroulement d’une partie de Pig 10

Généralités

Le nom Pig 10 est à lui seul un bon résumé de son principe de jeu : « Le joueur qui joue une carte ajoute sa valeur à celle des cartes déjà posées jusqu’à ce que la somme atteigne ou dépasse DIX. Le joueur qui obtient souvent DIX et gagne le plus de cartes avant la fin remporte la partie« .

Les joueurs disposent chacun d’une main composée de 3 cartes et jouent à tour de rôle dans le sens horaire. Celui qui sait compter jusqu’à 10 le plus vite commence la partie.

Le premier joueur pose une carte au milieu de la table. Il annonce alors la valeur de la carte jouée à haute voix comme valeur de la pile. Le second joueur pose à son tour une carte puis annonce la nouvelle valeur de la pile en additionnant simplement le chiffre de sa carte avec la valeur précédente.

Si le joueur réussit à former un pli d’une valeur de dix, alors il crie « Pig 10 » et gagne toutes les cartes en jeu. Si en revanche la valeur de la pile dépasse dix, c’est son voisin de droite qui remporte les cartes.

Lorsque la pioche est épuisée, les joueurs continuent jusqu’à ce qu’ils aient épuisé leur main. Celui qui a ramassé le plus de cartes est déclaré vainqueur.


Cas particuliers à pig(er)

La sirène (5) : Le joueur qui pose un 5 peut décider soit de les ajouter, soit de les retrancher à la valeur de la pile. La valeur de la pile ne doit cependant jamais devenir négative.

La grenouille (0) : Si un joueur joue une grenouille, il annonce « zéro », car la valeur de la pile est toujours remise à zéro dans ce cas.

Même carte, même nombre : Le joueur qui joue une carte de même valeur que son prédécesseur ou que l’actuelle valeur de la pile peut choisir entre fixer la valeur de la carte jouée comme valeur de la pile, ou l’ajouter à la valeur de la pile, comme d’habitude.


Avis des marmailles

Si j’ai six cochons et que j’en enlève deux (…) il m’en reste quatre !

Je veux signaler que je n’ai jamais joué à Pig 10.

Je ne sais pas si je veux apprendre à y jouer. Peut-être plus tard. Je ne sais pas. On verra.

Je sais par contre faire des additions, quelques unes. Je sais aussi retirer des bonbons.

Si j’ai six cochons et que j’en enlève deux ? Il m’en reste quatre !
Lise
Rédactrice (5 ans)

Je gagne souvent donc j’arrête pas de répéter : « Pig 10, Pig 10, Pig 10 ».

J’aime un peu Pig 10. Je gagne souvent donc j’arrête pas de répéter « Pig 10, Pig 10, Pig 10 ».

Ce qui est drôle, c’est que sur toutes les cartes, ce sont des cochons. Normalement, les personnages de contes sont humanoïdes mais pas là.

Les cartes ont des valeurs. Le Roi Grenouille est à 0 par exemple. Hansel et Gretel, je les aurais mis à 7 parce que je les préfère. Plus je les aime, plus je leur donnerais une grosse valeur. Le Chaperon rouge à 8 !

J’adore aussi les trois petits cochons. Je leur aurais mis la valeur 9 mais ils ne sont même pas dans Pig 10.
Ulysse
Rédacteur (8 ans)


It’s a Big Pig World

Outre Pig 10, Claudia Stöckl a également illustré Petit ou Grand ? (Fuchs & Fertig) (2012), une autre création ZOCH distribué en France par GIGAMIC.

Elle fondera en 2012 la marque LOGOFROSCH avec laquelle elle conçoit et développe notamment des jeux supports pour aider au développement du langage (matériel orthophonique).


S’il semble difficile de résumer le travail ou le style de Claudia Stöckl, la journaliste Barbara Würmseher dans son article Zwischen Riesen und Schweinchen (Entre Géants et Cochons) écrit très justement : « Ihre Helden haben eigene Charaktere, die Künstlerin durchdacht entwickelt und gekonnt in Mienenspiel und Körpersprache einbringt. Alles in allem sind es herzerfrischende, liebenswerte Gestalten, die man einfach gern haben muss » (« Ses héros ont des personnalités propres que l’artiste a développées de manière réfléchie et qu’elle intègre habilement par des expressions faciales et le langage corporel. Dans l’ensemble, ces personnages sont attachants et rafraîchissants, suffisamment pour qu’on les aime »).

De même, sur sa page personnelle, l’illustratrice allemande fait le récit de la création de certains de ses personnages, plus particulièrement des grenouilles : « Ich möchte sie kindgerecht und dennoch möglichst genau und gut erkennbar wiedergeben. Ein bisserl schräg und witzig müssen sie aber unbedingt auch sein » (« J’aimerais les dessiner d’une manière adaptée aux enfants et en même temps aussi précise et vraisemblable que possible. Néanmoins, ils doivent aussi être un peu bizarres et drôles »).

Les illustrations de Pig 10 respectent cet esprit et représentent différents personnages de contes sous la forme de cochons. Ceci étant, on s’amuse à reconnaitre par exemple les métamorphoses du Petit Chaperon rouge, Hansel et Gretel, Blanche-Neige ou le grand méchant loup.


Pas un cochon à cinq pattes

Pig 10 est un jeu simple et abordable, peut-être même stimulant pour des enfants aux prises avec leurs premiers apprentissages. Ils y trouvent une application ludique et peuvent s’exercer aux additions et soustractions avec des valeurs qui n’excèdent pas dix.

Outre cela, la mécanique combinatoire de Pig 10 présente deux attraits principaux. D’une part, il y a quelque chose d’assez réjouissant à contraindre le joueur suivant à dépasser la valeur dix ou même à réussir un pli tout en s’exclamant « Pig dix ». D’autre part, la règle spéciale « même carte, même nombre » amène davantage de possibilités de jeu dans une main qui n’est composée, rappelons-le, que de trois cartes. Il y a donc plusieurs manières de piéger les autres joueurs mais également de les contrer.

Bien moins enthousiastes, certains clients se présentant comme des joueurs « expérimentés » décrivent Pig 10 comme « creux » ou « trop simple ». Les critiques les plus imagées avancent que seuls les « béotiens » ou « amateurs de belote » peuvent l’apprécier. Pig 10 est régulièrement comparé à Uno comme pour mieux souligner un manque de « profondeur ». Celui-ci ne s’adresserait ainsi qu’à des joueurs occasionnels pour ne pas dire des non initiés.

La question que nous aimerions poser à travers ces critiques tranchées est la suivante : à considérer que des jeux comme Pig 10 ou Uno correspondent aux critiques qui leurs sont faites, faudrait-il alors considérer ceux qui s’adonnent à ces jeux comme des joueurs de second rang ? De notre point de vue, la critique est réversible ; la plus grande force de ces jeux est précisément leur simplicité. Parce qu’ils donnent lieu à des parties rapides, c’est-à-dire sans que l’explication des règles ne demandent d’approfondir des points particuliers.


Pour aller dans le même sens

La mécanique de Pig 10 comme celle de Uno consiste principalement à combiner des valeurs pour se débarrasser de l’ensemble de sa main ou, à l’inverse, ramasser le plus de cartes possibles. Il est à noter que de nombreux autres jeux utilisent des mécaniques analogues.

Pour ceux qui voudraient poursuivre en ce sens, nous mettons en partage avec l’accord de leur auteur deux jeux à imprimer : Jinx et Pirate Draft. Le but de Jinx est d’être l’avant-dernier joueur à poser une carte avant que la valeur de la pile n’atteigne 60. Pirate Draft participe du même esprit : le joueur qui permet à la pile d’atteindre une valeur de 18 ou plus remporte la partie.

En définitive, le moteur de ces jeux reste la recherche d’un point d’équilibre entre calcul et le hasard de la pioche. Pour notre part, ces quelques réflexions autour de la mécanique de Pig 10 nous ramènent inlassablement à des considérations autour d’une forme de parenté avec le jeu des bâtonnets que les amateurs d’estaminets connaissent certainement…


Liens utiles

Pig 10 :

Claudia Stöckl :

Mister PNP :



L'Esprit Marmaille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.